Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Demandeurs d'asile en 89

Plus de 150 demandeurs d'asile ont été amenés d'abord de Paris (La Chapelle, Jaurès, Stalingrad...) puis de Calais dans l'Yonne. Une grande majorité dépend de Dublin. Ils ont pris tous les risques et maintenant ils risquent le retour dans un pays où ils ont été enregistrés contre leur gré et où les conditions d'accueil ne sont pas acceptables. Lire dans la rubrique Pages : notre pétition, la lettre des demandeurs d'asile soudanais d'Auxerre ... . Consulter les catégories : Paroles de demandeurs d'asile, Pays de non asile, Nous les soutenons, Nous informons, Chronique en 89, Prahda, Ofpra. Signer la pétition pour la régularisation : https://secure.avaaz.org/fr/community_petitions/emmanuel_macron_et_le_gouvernement_francais_france_regularisation_de_tous_les_sanspapiers/?txqxfqb&fbclid=IwAR2vLV1piiM2wCy8EP05vhzCNFk5iLL_tvPjntEgXI5yFb9Qk4kBBKrgprY

Contre les arrestations à Jaulges, au Prahda d'Appoigny, au CAO d'Auxerre, comme tant d'autres en France, à genoux, les mains sur la tête et entravés ...

Publié le 8 Décembre 2018 par lieb

Contre les arrestations à Jaulges, au Prahda d'Appoigny, au CAO d'Auxerre, comme tant d'autres en France, à genoux, les mains sur la tête et entravés ...Contre les arrestations à Jaulges, au Prahda d'Appoigny, au CAO d'Auxerre, comme tant d'autres en France, à genoux, les mains sur la tête et entravés ...
Contre les arrestations à Jaulges, au Prahda d'Appoigny, au CAO d'Auxerre, comme tant d'autres en France, à genoux, les mains sur la tête et entravés ...Contre les arrestations à Jaulges, au Prahda d'Appoigny, au CAO d'Auxerre, comme tant d'autres en France, à genoux, les mains sur la tête et entravés ...
Le silence les condamne.
Les laisse sans protection.
Face aux expulsions.
 
ET ON PEUT LES ARRETER SUR LES LIEUX MEMES OU ILS VIVENT

 

Encore une fois, et une fois encore.
CET APPEL.
Il faut briser le silence qui
entoure certains lieux "d'hébergement"
dans l'Yonne.
Et où la police peut se permettre d'intervenir en pleine nuit comme à Jaulges.
Ou venir les chercher à l'aube dans les chambres.
Cela doit s'arrêter.
Nous devons briser le silence.

 

STOP EXPULSIONS

A GENOUX, LES MAINS SUR LA TETE, ENTRAVES ?

POURQUOI PAS.

 

Commenter cet article
S
L article sur les expulsions a été partagé sur ma page Facebook.<br /> Oui il faut briser le silence plus que jamais.<br /> Brigitte
Répondre