Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Demandeurs d'asile en 89

Plus de 150 demandeurs d'asile ont été amenés d'abord de Paris (La Chapelle, Jaurès, Stalingrad...) puis de Calais dans l'Yonne. Une grande majorité dépend de Dublin. Ils ont pris tous les risques et maintenant ils risquent le retour dans un pays où ils ont été enregistrés contre leur gré et où les conditions d'accueil ne sont pas acceptables. Lire dans la rubrique Pages : notre pétition, la lettre des demandeurs d'asile soudanais d'Auxerre ... . Consulter les catégories : Paroles de demandeurs d'asile, Pays de non asile, Nous les soutenons, Nous informons, Chronique en 89, Prahda, Ofpra. Signer la pétition pour la régularisation : https://secure.avaaz.org/fr/community_petitions/emmanuel_macron_et_le_gouvernement_francais_france_regularisation_de_tous_les_sanspapiers/?txqxfqb&fbclid=IwAR2vLV1piiM2wCy8EP05vhzCNFk5iLL_tvPjntEgXI5yFb9Qk4kBBKrgprY

2018, année noire des expulsions dans l'Yonne. Que sera 2019?

Publié le 29 Décembre 2018 par lieb dans Chronique en 89, CAO Coallia Auxerre, Jaulges, nous analysons, nous informons, Dublin

Jaulges

Jaulges

L'année 2018 a été une année noire.

 

Depuis juin/juillet 2016, le département avait été "choisi" comme d'autres pour "mettre à l'abri" les demandeurs d'asile, raflés dans les rues.

Depuis cette époque, des dizaines de demandeurs d'asile avaient dû s'enfuir, retourner à la rue, pour éviter les expulsions.

Durant les élections, les délais de 10 mois pour sortir de Dublin avaient été dépassés et ces demandeurs, sauvés de la rue, ont souvent obtenu ... des cartes de dix ans.

 

En février 2018, une nouvelle offensive de L’État s'est développée. Des dizaines et des dizaines de demandeurs se sont vus notifier leur expulsion. Chaque semaine, trois jours par semaine (un jour avait été rajouté!), les demandeurs ont été notifiés à la chaîne. Une machine infernale s'est mise en place, jusqu'à la recherche tous azimuts de traducteurs.

La préfecture n'a pas hésité à placer des notifications jusque dans l'après-midi du vendredi, alors que les appels doivent être effectués dans les 48 heures et que ceux-ci ne peuvent être déposés que jusqu'au samedi midi!

Symbole : la dernière notification a été effectuée le 29 juin, un vendredi, à 14 h 30. Symbole, le soutien à ces demandeurs à permis de déposer le recours ... qui a été gagné!

 

Le triste bilan de l'année 2018 a donc été des dizaines et dizaines de notifications. Aucun recours accepté, même pour des situations médicales gravement claires. Des demandeurs d'asile expulsés vers tous les pays d'Europe, en particulier des demandeurs déboutés dans des pays qui expulsent vers les pays d'origine et qui n'ont pas pu bénéficier de notre aide - les demandeurs de Jaulges en particulier - , contraints de s'enfuir.

 

L'année 2018 s'est symboliquement terminée par un raid en pleine nuit pour se saisir de demandeurs Dublin à Jaulges.

 

Année 2018 qui s'est tragiquement terminée par la mort d'un demandeur d'asile au CAO d'Auxerre, mort pour laquelle la responsabilité de la structure "d'accueil" est clairement établie par les faits.

 

 

Que sera la politique de L’État pour les demandeurs d'asile en 2019

Quelle solidarité pour 2019. Quelles actions voudrons-nous mettre en place?

A genoux, les mains sur la tête, devant Jaulges, le Prahda, Auxerre, contre les expulsions aussi?!

A genoux, les mains sur la tête, devant Jaulges, le Prahda, Auxerre, contre les expulsions aussi?!

Le blog, en tous les cas, pense à tous ces demandeurs d'asile en but à une politique d’État inique et raciste, et à son insigne violence.

 

Demandeurs d'asile en 89

Dessins d'Elisabeth inspirés par les DA.

Dessins d'Elisabeth inspirés par les DA.

commentaires

Deux événements ont eu lieu récemment dans le département, tragique symbole de ce qui s'est passé et se passe ici. La mort d'un demandeur à Coallia Auxerre, un raid policier en pleine nuit à Jaulges. Il n'est pas trop tard pour informer et se mobiliser.

Publié le 20 Décembre 2018 par lieb

Jaulges et AuxerreJaulges et Auxerre

Jaulges et Auxerre

Depuis l'arrivée dans le département des demandeurs d'asile en juillet 2016, ceux-ci sont soumis à une chasse à l'homme ininterrompue et à des conditions de non vie dans les centres.

En grande majorité Dublin, ils ont subi la politique de transfert de plein fouet. Raflés, ils ont été transférés d'abord dans les CAO existants d'Auxerre et de Vergigny. puis des nouveaux centres se sont ouverts à Villeblevin et à Jaulges, enfin au Prahda d'Appoigny.

 

Il n'a pas été facile  dans un premier temps de mobiliser même au sein des mouvements attentifs à l'immigration.

Si un collectif s'est créé rapidement à Villeblevin, il n'en a pas été de même au CAO d'Auxerre et surtout à Jaulges.

L'ouverture ensuite du Prahda d'Appoigny a dans un premier temps cristallisé la prise de conscience et un mouvement large et offensif s'est créé. C'est alors que la présence aux notifications et aux appels a pu être avancée et une prise de conscience de ce que signifiait la procédure Dublin s'est développée. L'information a pris corps lors de manifestations importantes. Cependant, le mouvement d'Appoigny s'est transformé peu à peu en collectif de soutien aux migrants d'Appoigny.

 

En février 2018 s'est mise en place dans le département une machine infernale.

Des dizaines et dizaines d'expulsions jusqu'au 29 juin ont permis au préfet de terminer sa sinistre besogne avant les vacances. Si notre présence, même minime a pu permettre d'accompagner efficacement les demandeurs du CAO d'Auxerre, ceux de Jaulges sont restés dans un total abandon.

 

La fin 2018 a montré clairement l'importance d'une présence plus forte et de l'information pour ce qui se passe dans ces lieux d'hébergement et les conséquences dans notre département de la politique de non asile.

L'agression mortelle au CAO d'Auxerre n'était pas une fatalité. Le jeune agresseur était dans un état inquiétant et la police était intervenue le matin même suite à une première agression. C'est la conséquence directe de la "politique" de Coallia au quotidien.

A Jaulges, un nombre impressionnant de demandeurs d'asile ont dû fuir depuis des mois les transferts, parmi eux des déboutés du droit d'asile risquant le retour dans les pays d'origine. Les appels à Dijon n'ont pas été faits et c'est dans des situations catastrophiques qu'ils se sont enfuis. Or, le travail effectué auprès des demandeurs des autres centres a permis non seulement de déposer tous les recours, mais des demandeurs aujourd'hui obtiennent aujourd'hui l'asile et même le statut de réfugié et des cartes de 10 ans.

Dernier événement à Jaulges, inadmissible au sens propre : la police a effectué récemment un véritable raid de nuit.

 

Ces deux événements (je ne trouve pas d'autres mots), la mort de ce demandeur à Coallia et le raid de Jaulges devraient mobiliser toutes nos forces. Pour dans ces deux cas, se tourner contre Coallia, car peu à peu le silence se fait, et contre Jaulges.

Il est certain que nous arrivons à la fin de la présence des Dublin dans l'Yonne. Le but est maintenant de  rendre les demandeurs d'asile encore plus invisibles en les parquant dans des centres quasi fermés et en les regroupant dans des centres régionaux.

 

Pourtant, nous pouvons encore informer et influer sur ce qui s'est passé et qui se passe dans le département. Il n'est pas trop tard pour manifester fortement face à ces deux événements et décider de nous mobiliser.

 

commentaires

Contre les arrestations à Jaulges, au Prahda d'Appoigny, au CAO d'Auxerre, comme tant d'autres en France, à genoux, les mains sur la tête et entravés ...

Publié le 8 Décembre 2018 par lieb

Contre les arrestations à Jaulges, au Prahda d'Appoigny, au CAO d'Auxerre, comme tant d'autres en France, à genoux, les mains sur la tête et entravés ...Contre les arrestations à Jaulges, au Prahda d'Appoigny, au CAO d'Auxerre, comme tant d'autres en France, à genoux, les mains sur la tête et entravés ...
Contre les arrestations à Jaulges, au Prahda d'Appoigny, au CAO d'Auxerre, comme tant d'autres en France, à genoux, les mains sur la tête et entravés ...Contre les arrestations à Jaulges, au Prahda d'Appoigny, au CAO d'Auxerre, comme tant d'autres en France, à genoux, les mains sur la tête et entravés ...
Le silence les condamne.
Les laisse sans protection.
Face aux expulsions.
 
ET ON PEUT LES ARRETER SUR LES LIEUX MEMES OU ILS VIVENT

 

Encore une fois, et une fois encore.
CET APPEL.
Il faut briser le silence qui
entoure certains lieux "d'hébergement"
dans l'Yonne.
Et où la police peut se permettre d'intervenir en pleine nuit comme à Jaulges.
Ou venir les chercher à l'aube dans les chambres.
Cela doit s'arrêter.
Nous devons briser le silence.

 

STOP EXPULSIONS

A GENOUX, LES MAINS SUR LA TETE, ENTRAVES ?

POURQUOI PAS.

 

commentaires

Jaulges. Dans le silence complet, s'il n'y avait ce témoignage, raid contre des demandeurs d'asile Dublin en pleine nuit. Que faisons-nous? Que décidons-nous de faire?

Publié le 8 Décembre 2018 par lieb dans Chronique en 89, Dublin, Nous les soutenons, nous informons, Jaulges

Sur le facebook de Timothy Perkins

Sur le facebook de Timothy Perkins

TEMOIGNAGE
"Lundi soir, la police est arrivée à Jaulges à minuit avec des photos de résidents en procédure à Dublin. Il y avait quatre officiers de police, deux attendaient devant les fenêtres de la chambre, les deux autres sont entrés par la porte de chaque pièce de l'un des bâtiments. Heureusement, ils n’ont trouvé personne."
commentaires

Jusqu'au bout. La police est venue ce matin, mercredi 6 décembre 2018, au PRAHDA d'Appoigny dans l'Yonne, arrêter le jeune A., le dernier demandeur d'asile Dublin au Prahda d'Appoigny.

Publié le 8 Décembre 2018 par lieb dans Chronique en 89, Dublin, Nous les soutenons, Prahda

Dessin d'Elisabeth inspiré par les demandeurs d'asile de l'Yonne

Dessin d'Elisabeth inspiré par les demandeurs d'asile de l'Yonne

La police est venue ce matin, mercredi 6 décembre 2018, au PRAHDA d'Appoigny dans l'Yonne, arrêter le jeune A., le dernier demandeur d'asile Dublin au Prahda. Il n'avait pourtant pas reçu de billet d'avion hier lors de son pointage à la gendarmerie. Il n'est plus joignable depuis. Peut-être est-il déjà en Italie.
Notre mobilisation contre les notifications de transfert au Prahda d'Appoigny août 2017

Notre mobilisation contre les notifications de transfert au Prahda d'Appoigny août 2017

commentaires