Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Demandeurs d'asile en 89

Plus de 150 demandeurs d'asile ont été amenés d'abord de Paris (La Chapelle, Jaurès, Stalingrad...) puis de Calais dans l'Yonne. Une grande majorité dépend de Dublin. Ils ont pris tous les risques et maintenant ils risquent le retour dans un pays où ils ont été enregistrés contre leur gré et où les conditions d'accueil ne sont pas acceptables. Lire dans la rubrique Pages : notre pétition, la lettre des demandeurs d'asile soudanais d'Auxerre ... . Consulter les catégories : Paroles de demandeurs d'asile, Pays de non asile, Nous les soutenons, Nous informons, Chronique en 89, Prahda, Ofpra. Signer la pétition pour la régularisation : https://secure.avaaz.org/fr/community_petitions/emmanuel_macron_et_le_gouvernement_francais_france_regularisation_de_tous_les_sanspapiers/?txqxfqb&fbclid=IwAR2vLV1piiM2wCy8EP05vhzCNFk5iLL_tvPjntEgXI5yFb9Qk4kBBKrgprY

depasser les limites de l'yonne

Calais - la mort. Qu'est devenue ta ville? Qu'est devenue cette ville de naissance témoin et trop actrice depuis tant de dernières années de la mort répétée de migrants

Publié le 25 Novembre 2021 dans Dépasser les limites de l'Yonne

Scuplture de Michèle - La barqueScuplture de Michèle - La barque
Scuplture de Michèle - La barqueScuplture de Michèle - La barque

Scuplture de Michèle - La barque

Il y a bien longtemps, en 1919, tu y es née, tu n'y es pas restée longtemps, c'est Dunkerque que j'ai connue moi lors des vacances. Car la guerre t'a fait connaître à 20 ans les routes, le voyage à pied, de l'exode vers Paris.

 

Le Nord qu'on n'ose même plus appeler Nord car ce n'est pas beau le Nord n'est-ce pas! La région s'appelle les Hauts de France - toute honte bue - c'est mieux n'est-ce pas le Haut!

 

Nous sommes malgré tout restées un peu, beaucoup de là-bas, de ce Nord de la classe ouvrière, où la culture politique s'associait à la culture tout court, où l'on était conscient et en même temps sensible.

Ce Nord dont tu étais la plus belle des expressions, toi qui avais quitté l'école à 12 ans et qui me fit dès l'enfance connaître le livre, dans les bibliothèques municipales, le théâtre, national populaire, les films, exigeants et interdits, la chanson, engagée et le soutien aux républicains espagnols. La solidarité, constante de ta vie, avec ceux qu'on disait "étrangers".

 

Qu'est devenue cette région, gangrénée par la haine, bien au-delà même aujourd'hui du F-haine, de cette haine qui imbibe notre quotidien.

Qu'est devenue cette ville de naissance, témoin et trop actrice depuis tant de dernières années, des exactions de la police contre les migrants, de la mort répétée de migrants rejetés

 

Comment la ville , la région ne sont-elles pas unanimement debout après ce nouveau massacre par mer interposée.

 

Calais, ville de la violence réitérée contre des hommes, des femmes, des enfants à la recherche de conditions de vie, ville de l'ultime moment de la vie, de la mort répétée.

 

A ceux qui une nouvelle fois ont pour toujours disparu

A ceux qui depuis tant de dernières années ont subi l'extrême violence du quotidien policier de notre société

A ceux que nous connaissons et qui ont toujours ce rêve pour eux nécessaire - et cependant pour nous si mortifère - de passage vers une autre côte, début d'une autre vie.

 

Dominique Villaeys-Poirré

25 novembre 2021

 

Merci aussi à ceux qui si peu nombreux leur ont rendu là-bas hommage aujourd'hui

Et à ces grévistes de la faim de tout un mois qui ont tant alerté

Calais - la mort. Qu'est devenue ta ville? Qu'est devenue cette ville de naissance témoin et trop actrice depuis tant de dernières années de la mort répétée de migrants
commentaires

Face à eux qui cherchent à vivre décemment, des pouvoirs CRI-MI-NELS.

Publié le 24 Novembre 2021 dans Dublin, Dépasser les limites de l'Yonne

Dessin d'Elisabeth

Dessin d'Elisabeth

Aux nouveaux morts de la Manche, à tous les morts

 

Durant les presque quatre années, où des demandeurs Dublin étaient parquéEs dans l'Yonne, cela est sans cesse revenu. Des demandeurs qui ne voulaient en aucun cas retourner dans le pays Dublin ou qui voulaient à tout prix gagner l'Angleterre.

Cette volonté, ils l'expliquaient clairement et elle a toujours été inébranlable, au-delà des dangers et des souffrances dont ils/elles savaient très bien l'existence.

 

Et puis un jour, ils/elles étaient partiEs, se soustrayant au parcage et affrontant sans aucun doute le pire. En entendant les morts d'aujourd'hui, se ravivent toujours et encore cette inquiétude pour ceux que nous connaissons et l'incommensurable tristesse pour ce que nos sociétés font vivre aux migrants et demandeurs d'asile.

 

A cela, le pouvoir dans tout les pays ne répond que par des conditions de non survie jusqu'à la mise en danger consciente de leur vie. Et la France se situe parmi les plus acharnés

Il n'y a pas d'illusion à se faire. Cela est sans fin, car cette société est fondée par essence sur l'oppression, l'exploitation, l'aliénation.

 

Ceci bien sûr ne nous empêche pas d'agir ici par tous les moyens individuels ou collectifs, comme nous le pouvons ...

 

commentaires

19 juin 2021 - Manifestation vers le CRA de Mesnil-Amelot. Mes souvenirs de ma première visite à Mesnil-Amelot pour un demandeur de l'Yonne au tout début des "mises à l'abri" dans le département restent gravés dans ma mémoire ...

Publié le 14 Juin 2021 par lieb dans nous informons, Nous les soutenons, Dépasser les limites de l'Yonne

19 juin 2021 - Manifestation vers le CRA de Mesnil-Amelot. Mes souvenirs de ma première visite à Mesnil-Amelot pour un demandeur de l'Yonne au tout début des "mises à l'abri" dans le département restent gravés dans ma mémoire ...
Reçu ce message.
 
Partout la journée du 19 juin va être essentielle, dans l'Yonne aussi, les migrants étant au centre de toutes les graves dérives extrême-droitières de ce moment.
 
 
Tout d'une prison!
 
Mes souvenirs de ma première visite à Mesnil-Amelot pour un demandeur de l'Yonne au tout début des "mises à l'abri" dans le département restent gravés dans ma mémoire.
 
C'est pourquoi je transmets ce message.
 
 
 
Contre la construction de prisons pour étranger.e.s, le 19 juin 2021, on marche sur le Mesnil-Amelot !!
 
 
L’État français ne cesse de durcir la répression envers les migrant.es. Le projet gouvernemental de construire des nouveaux Centres de Rétention Administrative (CRA) est la volonté manifeste de s’en prendre toujours plus aux libertés de circulation et d’installation. Trois nouveaux Centres de Rétention sont en projet : à Lyon, à Bordeaux et à Olivet (près d’Orléans), et deux extensions vont avoir lieu à Coquelles (près de Calais) et Lesquin (près de Lille). En tout, le gouvernement vise 800 places supplémentaires en rétention en 2023 par rapport à 2018, soit 60 % de plus !

En plus de ça, un nouveau projet vise à construire un autre CRA de 64 places au Mesnil-Amelot, à côté de l’aéroport de Roissy. Tous ces projets témoignent de la volonté d’enfermer toujours plus de personnes.

En 20 ans, le nombre de places en Centre de Rétention a doublé : en 2019, 54000 personnes y ont été enfermées. La loi asile et immigration de 2018 permet d’enfermer les personnes jusqu’à 3 mois. Les contrôles de police et les mesures d’éloignement se multiplient. La répression aux frontières, et l’augmentation de l’enfermement et des expulsions ont un impact concret dans la vie des personnes sans-papiers. Les Interdictions de Retour sur le Territoire Français (IRTF) visent à faire de nous des sans-papiers à vie.

Alors que la crise sanitaire dure depuis plus d’un an désormais, l’État français continue de maintenir la machine à déporter des vies humaines. Retenues dans des conditions indignes, les personnes sont de plus en plus réprimées dans ces centres. Pour expulser, les tests sont généralement obligatoires : les personnes qui refusent de s’y soumettre prennent souvent des peines de prison ferme ou sont renvoyées au CRA pour une nouvelle période de 90 jours.

Nous marcherons aussi en solidarité avec les prisonnier.e.s des CRA qui se révoltent. Dans tous les CRA de France, des grèves de la faim s’organisent régulièrement et la solidarité à l’intérieur est la seule arme face aux conditions de rétention infectes, aux violences policières, à l’absence de soin, à la nourriture dégueulasse (et parfois périmée), à l’eau froide pour la douche, etc. Au Mesnil-Amelot, en janvier, des prisonniers ont mis le feu à une partie du CRA 3 et ont pris des peines de prison ferme pour ça : nous marcherons aussi pour eux !

❗Nous manifestons pour la fermeture de tous les Centres de Rétention.
Nous manifestons pour la fin des reconduites à la frontière.
Nous manifestons pour la régularisation de toutes et tous.
Nous manifestons pour la dignité et la liberté de circulation et d’installation. ❗

📣 Rendez-vous le samedi 19 Juin 2021 à 15h à l’arrêt de RER B Aéroport Charles-de-Gaulle 1, sortie Gare routière
📣 Départ collectif une heure avant (à 14h) du RER B Gare du Nord

🔸 Les Gilets Noirs
🔸 CSP Montreuil
🔸 A bas les CRA
 
 
 
commentaires

Joyeux Noël en Afghanistan. Une militante des droits des femmes et des hommes, FERESHTA KOHISTANI assassinée.

Publié le 25 Décembre 2020 par lieb dans Dépasser les limites de l'Yonne

Joyeux Noël en Afghanistan.  Une militante des droits des femmes et des hommes, FERESHTA KOHISTANI assassinée.
L'Afghanistan est en train de devenir le cimetière des militants des droits de l'homme !
 
Une autre militante des droits de l'homme et de la femme a été abattue en Afghanistan aujourd'hui. Fereshta Kohistani avait averti les agences de sécurité des menaces de mort, mais aucune sécurité ne lui a été assurée et elle a été assassinée aujourd'hui.
 
(Voir sur le facebook de Timothy Perkins)
commentaires

Joyeux Noël au large de Sfax. Les crimes toujours répétés de cette société que nous combattons. Naufrage en ce 24 décembre. 20 corps déjà repêchés, ils étaient plus de 40 sur ce "bateau".

Publié le 25 Décembre 2020 par lieb dans Dépasser les limites de l'Yonne

Joyeux Noël au large de Sfax. Les crimes toujours répétés de cette société que nous combattons. Naufrage en ce 24 décembre. 20 corps déjà repêchés, ils étaient plus de 40 sur ce "bateau".
Joyeux Noël au large de Sfax. Les crimes toujours répétés de cette société que nous combattons. Naufrage en ce 24 décembre. 20 corps déjà repêchés, ils étaient plus de 40 sur ce "bateau".
Nouveau naufrage au large des côtes nord-africaines. Jeudi 24 décembre, 20 cadavres de migrants originaires d'Afrique subsaharienne ont été repêchés près de Sfax, sur la côte est de la Tunisie, après le naufrage de leur embarcation, a indiqué à l'AFP Mohamed Zekri, porte-parole du ministère de la Défense.
 
Les corps ont été transportés à l'hôpital régional de la ville pour déterminer les causes de la mort, a précisé à l'AFP Mourad Turki, porte-parole des tribunaux de Sfax.
 
Cinq autres personnes qui étaient à bord de l'embarcation ont pu être secourues. Plus de 40 migrants étaient sur le canot, a-t-il ajouté.
 
Les opérations de recherche par les gardes maritimes pour retrouver d'autres disparus étaient toujours en cours jeudi après-midi.
 
Facebook Timothy perkins, via info migrants
 
commentaires

Mort de Khamisse Zakaria, un jeune soudanais à Calais. Il est notre compatriote, notre frère, notre ami ..."

Publié le 27 Novembre 2020 par lieb dans Dépasser les limites de l'Yonne

Passeurs d'hospitalités

 

 

HOMMAGE COLLECTIF A MOHAMED KHAMISSE ZAKARIA : LA FIN D’UN REVE

par legalcentrecalais

Sur passeurs de solidarité : https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2020/11/27/hommage-collectif-a-mohamed-khamisse-zakaria-la-fin-dun-reve/

 

Le 19 novembre 2020, sur l’A16, un jeune soudanais de 20 ans a perdu sa vie et tous ses rêves. Il était notre compatriote, notre frère, notre ami.

Mohamed est mort renversé par une voiture alors qu’il cherchait à fuir les gaz policiers depuis l’arrière d’un camion, véhicule de son désir, celui de rejoindre au plus vite l’Angleterre. Comme ses amis du pays, Mohamed a quitté sa famille prisonnière d’un camp de réfugiés au Darfour au Soudan et a tenté couragement sa chance vers l’Europe. Demander l’asile en France alors que tous ses compatriotes s’y sentent rejetés n’était pas imaginable pour lui. Il a donc foncé vers une destination qui devint triste destinée. 

Mohamed KHAMISSE ZAKARIA est pleuré par ses parents là-bas au Soudan et par nous, ses amis, ici à la frontière avec le Royaume-Uni. Nous avons appelé ses parents pour leur annoncer son décès. Nous avons entendu le désespoir d’une mère. Les associations étaient à nos côtés. Mohamed nous rassemble. Nous sommes tous habités du même désir de vivre qu’il avait. 

Ses 20 ans de vie crient à nos cœurs, nos consciences et à la conscience de l’humanité. Voici en écho notre cri, celui des exilés de Calais : « Nous ne savons pas quoi faire, nous voudrions accéder légalement au Royaume-Uni, nous rêvons d’une vie digne, d’une vie d’humains. Les circonstances nous affaiblissent mais nos cœurs sont forts et l’espoir nous pousse à traverser les frontières. Vous le savez bien, notre pays connait la guerre et l’injustice des gouvernements. Vous le savez bien, nous sommes ici par nécessité, après avoir traversé les trop nombreuses souffrances de la route. Que la police et le gouvernement comprennent. Pourquoi nous pourchasser sur l’autoroute alors que des détecteurs et  des agents de sécurité avec des chiens passent déjà au crible tous les camions à l’entrée de l’Angleterre ? »

O absent si présent,

Grâce à ta voix, ta grandeur d’âme,

Vient à nous le souffle de tes lèvres,

Sont nées de nos mains ces lignes,

Emplies des couleurs de liberté, de paix et de justice

Les compagnons de route de Mohamed

Mort de Khamisse Zakaria, un jeune soudanais à Calais. Il est notre compatriote, notre frère, notre ami ..."
commentaires

La non- vie des "sur-vivants" de Grande-Synthe. Voir le facebook de Lagkadikia Camqu Hama, les terribles conditions de" vie" et les expulsions (la 3ème hier)

Publié le 21 Novembre 2020 par lieb dans Dépasser les limites de l'Yonne

La non- vie des "sur-vivants" de Grande-Synthe. Voir le facebook de Lagkadikia Camqu Hama, les terribles conditions de" vie" et les expulsions (la 3ème hier)

Lagkadikia Camqu Hama est à Grande-Synthe . Il vit avec eux, dans les campements. Il témoigne de ce qu'ils vivent sur son Facebook. Il photographie et il filme. Briser le silence au quotidien. Ce sont des témoignages essentiels.

https://www.facebook.com/lagkadikia.camp.12

 

Aujourd'hui, il transmet des liens de ceux qui relaient. Ainsi la vidéo de l'évacuation sur celui de Leila Bairamovic.

3ème évacuation en une semaine sur la zone du Puythouck de Grande-Synthe
🚨 3ème évacuation en une semaine sur la zone du Puythouck de Grande-Synthe 🚨

👉Une pression psychologique intenable pour les exilé.e.s survivants dans cette forêt.
👉Des expulsions réalisées par des forces de police armées de fusil d'assaut.
👉Des tentes lacérées au couteau, et parfois même abandonnées au milieu de la forêt par les équipes de nettoyage.

👉Un non-respect des droits fondamentaux que dénoncent les associations d'aide aux exilé.e.s qui interviennent sur le terrain.

👉Alors que l'hiver approche, les démantèlements, ainsi que les destructions de biens matériels dont les tentes s'amplifient.
 
 
 
commentaires

Pour VOIR ce qui se passe en ce moment près de Dunkerque ... Le facebook de Lagkadidia Camqu Hama

Publié le 6 Novembre 2020 par lieb dans Dépasser les limites de l'Yonne

Pour VOIR ce qui se passe en ce moment près de Dunkerque ... Le facebook de Lagkadidia Camqu Hama
Lagkadikia Camqu Hama est à Grande-Synthe

Vu sur le Facebook de Timothy Perkins Dunkerque. Destruction par les polices des lieux d'habitation des migrants. Chasse à l'homme. Racisme d'Etat.

Allez voir les photos sur le facebook de Lagkadikia Camqu Hama

commentaires

En réponse à 200 décès sur la route de migration vers les îles Canaries

Publié le 3 Novembre 2020 par lieb dans Dépasser les limites de l'Yonne

En réponse à 200 décès sur la route de migration vers les îles Canaries

Vu sur le facebook de Timothy Perkins

 

En réponse à 200 décès sur la route de migration vers les îles Canaries

 

Ongi Etorri Errefuxiatuak dénonce cette tragique journée de mort le long de la route migratoire vers les îles Canaries ainsi que sur d'autres voies migratoires, car ce n'est pas une fatalité, pas inévitable, pas quelque chose qui se passe car il n'y a pas de solutions de passage sûres. Au contraire, ces morts sont la conséquence d'une politique européenne délibérée qui les encourage en privant les gens du droit de migrer. L'UE et le gouvernement espagnol sont coupables de ces morts par l'action de fermeture des frontières et l'inaction de refuser le sauvetage maritime.

 

Aujourd'hui, 140 personnes ont été tuées dans les eaux sénégalaises par une explosion sur leur bateau sur le chemin des îles Canaries, et plus de 50 personnes sur un itinéraire similaire, lorsque leur cayuco est tombé en panne et qu'elles ont été laissées à la dérive pendant deux semaines en Les eaux mauritaniennes, obligées de jeter par-dessus bord les corps de leurs collègues.

"... les corps sont encore en cours de guérison ′′

 

Nous ne sommes toujours pas habitués à lire ce petit détail après le nombre insupportable d'épaves de migrants à notre porte, dans la Méditerranée et l'Atlantique Est. Les gens meurent parce que la vie devient impossible dans leur propre pays.

L'Union européenne et le gouvernement espagnol, non satisfaits de bloquer l'ouverture des routes sûres afin que les personnes qui sont obligées de migrer puissent le faire avec un peu de sécurité, continuent de renforcer la législation en adoptant des mesures inhumaines telles que le retour des migrants en Libye et Le Maroc ainsi que la récente proposition du Conseil européen visant à éliminer les quotas d'accueil, à renforcer les frontières extérieures pour la énième fois, à faciliter et à augmenter le retour des migrants et à rendre les exigences déjà presque impossibles pour la demande d'asile plus difficiles.

Chez Ongi Etorri Errefuxiatuak nous défendons d'abord le droit des gens de ne pas être obligé de migrer. Mais tant que ces conditions n'existent pas, nous exigeons la création de routes de migration sûres et l'ouverture des couloirs humanitaires.

PAS UNE MORT DE PLUS, PAS UNE SEULE VIE PERDUE

 

31 octobre 2020, communiqué de presse

 

commentaires

(Dramatiques) informations.

Publié le 3 Novembre 2020 par lieb dans Nous les soutenons, Dépasser les limites de l'Yonne

(Dramatiques) informations.
Ces informations reprises par le collectif de Sens
 
Environ 200 migrants ont disparu en moins d'une semaine dans l'océan Atlantique sur la route des Canaries, après deux naufrages. L'Organisation internationale des migrations s'inquiète d'une recrudescence des départs depuis les côtes ouest-africaines.
 
 
Le bilan du naufrage survenu mardi dans la Manche s’est alourdi. Après le décès de quatre personnes, le parquet de Dunkerque a annoncé la disparition de trois autres migrants : un bébé et deux hommes.
 
 
Dans la nuit de dimanche à lundi, un incendie s'est déclaré dans le camp de Vathy, sur l'île grecque de Samos. C'est la deuxième fois en quelques mois qu'une partie du camp prend feu. Aucun blessé n'est à déplorer.
 
 
En début d'année, l'Agence européenne de contrôle des frontières, Frontex, et le ministère de l'Intérieur espagnol ont expulsé 130 Maliens détenus dans les centres de rétention de l'archipel espagnol des Canaries vers la Mauritanie, pays avec lequel l'Espagne a depuis 2003 un accord bilatéral de rapatriement des citoyens de pays tierces entrés illégalement sur son territoire. Nouakchott les a ensuite conduits au Mali, malgré la protection internationale dont ils auraient pu bénéficier.
 
 
 
Et enfin, alors qu'aujourd'hui, à l'école, nous rendions hommage à notre collègue assassiné pour un cours sur la liberté d'expression, à l'autre bout du monde, en Afghanistan, les islamistes de Daesh s'en sont pris aujourd'hui à des étudiantEs à l'université. Au moins 24 personnes sont mortes.
 
 
commentaires
1 2 3 4 5 6 > >>