Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Demandeurs d'asile en 89

Plus de 150 demandeurs d'asile ont été amenés d'abord de Paris (La Chapelle, Jaurès, Stalingrad...) puis de Calais dans l'Yonne. Une grande majorité dépend de Dublin. Ils ont pris tous les risques et maintenant ils risquent le retour dans un pays où ils ont été enregistrés contre leur gré et où les conditions d'accueil ne sont pas acceptables. Lire dans la rubrique Pages : notre pétition, la lettre des demandeurs d'asile soudanais d'Auxerre ... . Consulter les catégories : Paroles de demandeurs d'asile, Pays de non asile, Nous les soutenons, Nous informons, Chronique en 89.

Articles avec #chronique en 89 catégorie

Ce soir, c'est mardi, c'est Soudan, c'est Souchon ... Demandeurs d'asile en 89.

Publié le 25 Avril 2017 par lieb dans Paroles de demandeurs d'asile, Chronique en 89

 

Ce soir, c'est mardi, il est 20 heures, l'équipe football s'en va,

C'est un demandeur là depuis plusieurs années

qui motive toutes les semaines chacun avec constance et obstination.

C'est ça le quotidien ici, la prise en charge des demandeurs par les

demandeurs eux-mêmes. Face à l'absence de toute activité,

pour au minimum meubler le temps et sortir de soi.

 

 

Ce soir, c'est aussi soirée félicitations.

Les encore "Dublin" félicitent les nouveaux "normaux".

La préfecture de l'Yonne après des mois de

tergiversations applique en effet les promesses faites

pour les "Dublin" venant de Calais. Tous ceux

qui sont dans l'Yonne et viennent de Calais

ne dépendent plus de cette convention.

Fin de mois d'angoisse, de peur.

 

 

Mais ce soir, c'est aussi Souchon, un des demandeurs d'asile,

musicien, fait entendre aux autres la chanson  "C'est déjà ça",

il traduit pour eux les paroles. Soudan, oh mon Soudan ...

On oscille entre sourire et yeux qui se voilent de tristesse.

 

 

Ce soir, c'est toujours au milieu des autres l'attente

pour l'un des demandeurs d'asile de la deuxième convocation.

Toujours l'angoisse au ventre, l'angoisse au coeur.

 

 

Et c'est aussi toujours l'inquiétude pour l'un des demandeurs

qui semble être entré dans un silence sans fond depuis

la convocation et la fuite d'un de ses amis.

 

 

Ce soir, c'est mardi,

Un mardi comme les autres mardis ...

 

 

 

commentaires

Dublin, normal. Des mots qui veulent tout dire ...

Publié le 23 Avril 2017 par lieb dans Paroles de demandeurs d'asile, Chronique en 89

mageneve

mageneve

De nouveaux demandeurs arrivent à Auxerre.

Je demande leur statut.

On me répond :

Ils sont Dublin.

Ou bien:

Ils sont normaux.

Des mots qui veulent

Tout dire ...

Dublin, normal. Des mots qui veulent tout dire ...
commentaires

Fin de l'histoire! Fin de l'Histoire?

Publié le 9 Avril 2017 par lieb dans Chronique en 89

Fin de l'histoire! Fin de l'Histoire?

Chronique d'un triste foyer - chronique de départs annoncés - Dublin, l'injuste convention (1)

Cette chronique reprend dans l'inverse chronologique des moments d'écriture du quotidien des demandeurs d'asile relevant de Dublin

Le 22 juillet, des demandeurs d'asile arrivent à Sens dans le 89. En septembre, ils sont transférés à Auxerre, dans un triste foyer. Le premier accueil de nous qui les avons accompagnés est glacial et glaçant : les premiers mots, d'un "assistant social" restent gravés:

"Vous  ne les connaissez pas!"

"Et de toute façon, ils vont tous partir."

Ces mots gravés dans la mémoire, ressurgissent en ce jeudi de fin du mois de mars 2017 quand s'écrivent ces lignes.

Fin de l'histoire!
Fin de l'histoire?

C'était jeudi le soir, très tard
La nuit même
La soirée s'était allongée

De cours de français sur demande
A repas du soir collectif
A café soudanais
aromatisé de cannelle,
cardamone et gingembre
A conversations décousues
Avec l'un, avec l'autre.
Avec l'un sur l'inquiétude pour sa santé
Le foyer lui disant qu'il devait attendre une
carte vitale alors qu'il possédait l'attestation sécu/cmu

Et dans la nuit,
doucement l'un des demandeurs d'asile
dit : mon attestation se termine là. Et il
ajoute: ... fin de l'histoire!


Ces mots résonnent aujourd'hui
Alors qu'un SMS  de lui m'avertissait ce matin.
"J'attends les policiers
et peut-être qu'ils viendront chez moi me chercher".

Les pensées noires du dimanche soir
se sont donc concrétisées.
Celles qui succèdent au soulagement
de la semaine passée sans notification.
Et ce demandeur qui au foyer
est connu pour sa réflexion, son calme,
sa volonté attend aujourd'hui
son renvoi dans un vrai désespoir.

Fin de l'histoire!
Fin de l'histoire?

Pouvons-nous nous résoudre à cette fin
Rester sans rien faire, manifester, dire.

Il est le premier d'une nouvelle longue liste
promise par le préfet.
Arrivés en juin, à quelques semaines de la
possibilité de pouvoir voir sa demande examiner ici,
Ils viennent les chercher ... un par un.

Fin de l'histoire?

D.

commentaires

Pensées noires ... du dimanche soir

Publié le 12 Mars 2017 par lieb dans Chronique en 89

Pensées noires ... du dimanche soir

Chroniques de départs annoncés - 12 mars 2018

La lettre est belle*. Nous l'envoyons et la diffusons?

Aujourd'hui nous sommes allés avec des amis de Nuitdebout distribuer aux C.P.** pour le rassemblement de demain. Pour moi, toujours un moment heureux. Rencontrer des habitants, certains connus depuis longtemps, d'autres dont on fait la connaissance. Et aussi l'impression d'être utile et à la bonne place.

Une nouvelle semaine s'ouvre.
Y aura-t-il des convocations?
Le préfet ne va-t-il pas décider des centres de rétention au lieu des assignations?
Comment vivent en ce moment ceux qui ont choisi de repartir dans la rue?
Et ce demandeur arrêté cette semaine et en centre de rétention?

Je hais ces dimanches soirs encore plus que les autres soirs.
Annonces ou non de semaines sombres?

La police et l'enfermement du début à la fin de leur "vie" en France, des cars qui les ont amenés dans l'Yonne aux avions qui les renvoient,
Des expulsions des campements aux antichambres du départ à Coallia.

Nous faisons tous ce que nous pouvons.
Cette machine inexorable peut-elle être enrayée?

 

* Voir la lettre sur le blog

** Quartier populaire de la ville

 

commentaires