Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Demandeurs d'asile en 89

Plus de 150 demandeurs d'asile ont été amenés d'abord de Paris (La Chapelle, Jaurès, Stalingrad...) puis de Calais dans l'Yonne. Une grande majorité dépend de Dublin. Ils ont pris tous les risques et maintenant ils risquent le retour dans un pays où ils ont été enregistrés contre leur gré et où les conditions d'accueil ne sont pas acceptables. Lire dans la rubrique Pages : notre pétition, la lettre des demandeurs d'asile soudanais d'Auxerre ... . Consulter les catégories : Paroles de demandeurs d'asile, Pays de non asile, Nous les soutenons, Nous informons, Chronique en 89, Prahda, Ofpra.

Ce soir, c'est mardi, c'est Soudan, c'est Souchon ... Demandeurs d'asile en 89.

Publié le 25 Avril 2017 par lieb in Paroles de demandeurs d'asile, Chronique en 89

 

Ce soir, c'est mardi, il est 20 heures, l'équipe football s'en va,

C'est un demandeur là depuis plusieurs années

qui motive toutes les semaines chacun avec constance et obstination.

C'est ça le quotidien ici, la prise en charge des demandeurs par les

demandeurs eux-mêmes. Face à l'absence de toute activité,

pour au minimum meubler le temps et sortir de soi.

 

 

Ce soir, c'est aussi soirée félicitations.

Les encore "Dublin" félicitent les nouveaux "normaux".

La préfecture de l'Yonne après des mois de

tergiversations applique en effet les promesses faites

pour les "Dublin" venant de Calais. Tous ceux

qui sont dans l'Yonne et viennent de Calais

ne dépendent plus de cette convention.

Fin de mois d'angoisse, de peur.

 

 

Mais ce soir, c'est aussi Souchon, un des demandeurs d'asile,

musicien, fait entendre aux autres la chanson  "C'est déjà ça",

il traduit pour eux les paroles. Soudan, oh mon Soudan ...

On oscille entre sourire et yeux qui se voilent de tristesse.

 

 

Ce soir, c'est toujours au milieu des autres l'attente

pour l'un des demandeurs d'asile de la deuxième convocation.

Toujours l'angoisse au ventre, l'angoisse au coeur.

 

 

Et c'est aussi toujours l'inquiétude pour l'un des demandeurs

qui semble être entré dans un silence sans fond depuis

la convocation et la fuite d'un de ses amis.

 

 

Ce soir, c'est mardi,

Un mardi comme les autres mardis ...

 

 

 

Commenter cet article